Le rodéo, très connu en Amérique et partout ailleurs dans le monde, est un métissage entre spectacle et événement sportif. Un incontournable de la culture américaine, ce terme signifie en espagnole ‘tourner autour’. A la base, Il consiste à rassembler du bétail à de diverses fins : la vente par exemple. Une manière de créer une compétition entre les adeptes de ce ‘sport’. L’allongement des chemins de fer et la mise en place des clôtures à la fin du 19ème, a fait disparaître la majorité des roundup et des cow-boys. Toutefois, cette tradition bien que raréfiée, ne s’est pour autant pas éteinte et la première compétition officielle a vu le jour en 1872.

Les différentes épreuves du rodéo

Le rodéo s’est vu se diversifier avec le temps et les régions, c’est pourquoi plusieurs épreuves ont progressivement vu le jour, par exemple :

  • La monte du cheval : une épreuve durant laquelle le cavalier doit tenir sur le dos du cheval plus de 8 secondes.
  • La monte du taureau : une épreuve où le rider ou le cow-boy doit tenir la bête avec une seule main et tenir au moins 8 secondes.
  • La capture du veau au lasso : comme son nom l’indique, cette épreuve consiste à capturer un veau au lasso.
  • Le ‘Barel racing’ est une épreuve de courses où le cavalier doit courir à dos de cheval autour de trois anneaux selon un parcours bien défini.
  • La poursuite du taureau : le cavalier à cheval poursuit le taureau et tente de sauter sur la bête en l’attrapant par les cornes.
  • La course autour du tonneau : durant cette épreuve, les chevaux tournent à pleine vitesse autour d’un tonneau.

Il existe cependant d’autres épreuves que l’on peut trouver dans d’autres régions du monde comme au Chili ou au Mexique par exemple.

Quand l’association de protection de l’animal fait vibrer le monde du rodéo

Beaucoup d’associations de protection des animaux protestent contre le rodéo, et accusent les dirigeants de porter atteinte à la santé et à la dignité de l’animal leur causant ainsi de l’angoisse, du stress, des blessures et des douleurs. Des blessures causées par le lasso restent non négligeables, la bête courant à plus de 35 km/h est subitement freiné par la corde du cavalier, de plus des électrochocs portés à ses animaux. De plus, des courroies attachées à leur front les font ruer, ainsi que l’apparition de lésions lors de la retombée brute et torride du cavalier au niveau de leur dos. Ayant de plus en plus de voix, ces associations font leur possible afin de stopper ce massacre dont les seules victimes restent les animaux.

D'autres sujets: