Le marché de l’immobilier a toujours attiré les investisseurs et ce, depuis la nuit des temps. Un marché miné par la spéculation qui a grandement construit sa réputation, malheureuse parfois comme les bulles immobilières qui ont éclaté à la figure des banques des Etats-Unis pour ce qui reste à ce jour, la plus grande crise de l’immobilier des temps modernes, celles des subprimes en 2008. La banalisation des plateformes d’achat et de location sur internet cumulé aux taux d’intérêts assez bas qui sont en vogue, fait que n’importe qui aujourd’hui peut se permettre d’investir dans à peu près tout ce qu’il désire et notamment dans l’immobilier qui reste privilégié par le grand public. Cependant, ce marché est rusé, et il faut arriver à déceler les périodes où l’immobilier est en baisse, afin d’en profiter pour acquérir des biens puis les mettre en location.

En France, investir dans l’immobilier dit locatif s’avère bien plus intéressant que d’investir dans autre chose, on y gagne notamment :

  • Obtenir un revenu mensuel : qu’il soit principal ou secondaire, le loyer perçu de la part d’un locataire de votre bien donne le sourire à votre compte bancaire.
  • Réduire ses impôts : en effet la quête de la réduction de l’impôts est éternelle, et grâce à l’investissement dans l’immobilier, certaines lois de défiscalisation oeuvrent à réduire l’impôt sur le revenu d’un propriétaire d’un ou plusieurs biens immobiliers à louer.

Des méthodes afin de se lancer dans l’investissement immobilier :

Au delà du classique achat de biens immobiliers qu’ils soient caves, parkings, immeubles ou locaux commerciaux, investir dans l’immobilier en 2018 se fait par diverses méthodes, comme celles proposées :

  • Le financement participatif immobilier : appelé crowdfunding immobilier, il s’agit de bâtir des biens immobiliers grâce à des investissements offerts par des particuliers. Plusieurs plateformes ont ainsi vu le jour sur internet, et ce type d’investissement rapporte environ 10% et est exclu de l’impôt sur la fortune immobilière.
  • Le viager refait surface : Le viager mutualisé fait fureur, notamment à cause du fait que ce sont les fonds d’investissement qui les reprennent en payant la rente aux personnes âgées y résidant. Les investisseurs ont alors plus d’avantage à se lancer avec le fonds en leur rapportant des taux variables mais dépassant les 4%.
  • Investir indirectement grâce aux sociétés civiles de placements immobiliers : en rachetant des parts de plusieurs biens immobiliers, on touche des dividendes proportionnels mais on n’échappe pas à l’impôt sur la fortune immobilière.

La rentabilité d’un investissement immobilier :

Des plateformes en ligne permettent de calculer le revenu sur investissement dans l’immobilier en prenant en compte certains facteurs, ainsi, il existe 3 types de rentabilité, la brute comportant la relation entre le loyer brut et le prix de revient, la nette comprenant plus de charges, et la nette en comptabilisant les impôts et qui est plus précise.

D'autres sujets: